mercredi 28 décembre 2016

Ghostbusters 2016, le remerde

Ghostbusters 2016
La pluie ininterrompue de remakes foireux a rendu insensible l'amateur de S-F et de Thrillers. Que ce soit Total Recall (2012), Carrie (2013), Robocop (2014) ou Poltergeist (2015), aucun n'a échappé à la malédiction de la douce désillusion, pour les productions les moins ratées, ou pour les plus scandaleuses, à l'envie de déféquer à la face des responsables des ignominies.
Après le remoot de l'épisode IV de Star Wars 2016 nous a gâté avec deux remakes dans la catégorie "Poids Lourds" : Jurassic World (Jurassic Park remastered en nanar XXL) et, le cas qui nous interpelle aujourd'hui, Ghostbusters.

Le remixe de SOS Fantôme devait lancer une franchise façon Marvel, la grande obsession des gros studios depuis le succès faramineux du Cinematic Universe de la bande des Avengers. La division Marketing de chez Sony avaient des $ plein les yeux en imaginant son projet machiavélique d'une série Ghostbusterienne pour le cinoche. Il suffisait de pomper le scénar du premier film et l'agrémenter d'un twist qui sur le papier avait du potentiel : changer le casting de mâles en héroïnes et ajouter une couche de multiverse. 
Une marque culte avec un concept dans l'air du temps déclinable à l'infini :
Ghostbusters - Origines (reboot du remake) (2018)
Apocalypse Ghostbusters - L'ère de l'Extinction de Gozer (2019)
Ghostbusters VS Men In Black (2020)
Slimer le Gentil Fantôme Glouton (spin-off en synthèse pour les chiards, 2021)
Les Ghostbusters font du ski (2022)


En fait de concept frais le résultat de 2016 est un remake de merde de plus, un remerde.

Vous voulez des preuves ? Lisez la suite. Achtung Spoilers !

Les Ghostbusters de 2016 s'apprêtent à détruire un film culte
Ghostbusters 1984 est une comédie S-F qui aime ses personnages, écrits pour se compléter et enrichis par les acteurs. Celui de 2016 est une opération marketing avec des actrices en roues libres et un réalisateur qui toise son sujet avec un mépris affiché pour son genre.


Les personnages

Comparaison entre les rôles de 1984 et ceux de 2016.

Peter Venkman (Bill Murray)
Le héros principal. Beau parleur, charmeur et un peu fumiste avec un humour second degré, il commente toujours cyniquement les événements surnaturels. Sa tchache lui permet de se tirer d'affaire dans presque toutes les circonstances. Il est le moteur pour la création des "Ghostbusters", y voyant un moyen de gagner beaucoup d'argent, et persuade Raymond de mettre toutes ses économies dans la création de la société. Sa relation romantique avec Dana devient sincère au fil du temps et le motive pour la sauver de l'emprise de Zuul. Il manipule et convainc le Maire de New-York de laisser intervenir les Ghostbusters en lui faisant miroiter sa réélection.

Erin Gilbert (Kristen Wiig)
L'héroïne principale. Naïve et coincée, elle cherche en vain sa respectabilité. Son petit ami l'ignore et elle passe pour une nunuche auprès de ses collègues et élèves. Elle se fait humilier par son ancienne amie Abby et subit systématiquement les attaques des spectres. Une fois virée de l'université puis de l'institut Erin propose de monter un labo indépendant mais Abby et Jilian ont déjà pensé à voler le matériel nécessaire. Elle tombe immédiatement amoureuse de Kevin le secrétaire golio dès qu'elle le rencontre. Elle cache un trauma d'enfance où elle fut terrorisée par un fantôme sans que personne ne la croit. Jilian lui donne un simple couteau suisse en guise d'arme et elle passe pour une hystérique lorsqu'elle tente de prévenir le maire. Elle fini par envoyer balader son boyfriend, frappe un blogueur dans la rue puis sauve ses collègues (grâce au couteau suisse !) et saute dans le vortex chercher Abby.



Raymond Stantz (Dan Aykroyd)
Le héros naïf de la bande. C'est un spécialiste de l'occulte et du paranormal, un bricoleur toujours enthousiaste et positif. Il oblige ses collègues a acheter le local en ruine qui sert de QG aux Ghostbusters et trouve le véhicule d'occasion qui deviendra la Ghost-mobile. En étudiant les plans de l'immeuble de Dana il est le premier qui comprend la gravité de la catastrophe qui se prépare. C'est lui qui donne involontairement une forme à Gozer en pensant au Bibendum-Chamallow de son enfance.


Abby Yates (Melissa McCarthy)
L'héroïne spécialiste du paranormal. C'est une tchatcheuse débrouillarde, un peu paranoïaque (elle pense être persécutée par son livreur de soupe). Elle trouve toujours une solution pour arriver à ses fins :  pour pouvoir financer ses travaux avec Jilian elle a fait publier la recherche qu'elle avait écrit avec Erin lorsqu'elles étaient étudiantes, sans son accord. C'est elle qui trouve le nouveau local des Ghostbusters, au dessus du vendeur de soupe. Elle est sans gène et moqueuse mais n'hésite pas à affronter le danger, réel ou surnaturel. Elle sera brièvement possédée par le fantôme de Rowan avant d'être "exorcisée" par Patty.




Egon Spengler (Harold Ramis)
Le héros scientifique "Nerd", il a inventé tous les appareils utilisés par les Ghostbusters. Peu communicatif, très cérébral, il est la caution véritablement scientifique du groupe. Il analyse toujours calmement la situation, même lorsqu'il rencontre des ectoplasmes. Peter le récompense en lui donnant des petits cakes "Twinkies". C'est Egon qui, après l'avoir pourtant rigoureusement interdit, propose de "croiser les flux" des armes à proton pour détruire Gozer.


Jillian Holtzmann (Kate McKinnon)
L'héroïne inventeuse de génie, c'est elle qui conçoit et fabrique tous les instruments des Ghostbusters. Très perchée elle parle peu, préférant les expressions faciales ou une gestuelle débridée. Sans tabou elle drague un peu Erin et fait des blagues scato. Jilian porte des fringues toujours cools, elle est décalée par rapport aux événements et aux gens, ses réactions sont imprévisibles. Face à la menace elle dévoile une férocité combattante. Après la bataille finale elle remercie ses collègues avec une émotion sincère surprenante.



Winston Zeddmore (Ernie Hudson)
Le héros "normal", le seul non-scientifique de l'équipe. Recruté en renfort, c'est un homme d'action franc et direct, avec un coté "homme du peuple" non-intello, les pieds sur terre. Son rôle reste mineur, n'accompagnant l'équipe qu'à partir de la seconde moitié du film.



Patty Tolan (Leslie Jones)
L'héroïne "normale". Employée du métro, elle décide de rejoindre les Ghostbusters après une rencontre surnaturelle. Elle est positive, simple et concrète (dans le sens non-intello). Elle a une excellente connaissance de l'histoire de la ville. C'est par l'intermédiaire de son oncle que l'équipe récupère une Ghost-mobile. Elle fait aussi le lien avec le méchant de l'histoire, Rowan, qu'elle suit lorsqu'il va poser son amplificateur dans le tunnel du métro et dont elle se souvient lorsqu'elle trouve l'adresse de l'hôtel où il se planque. C'est elle qui demande à Rowan d'apparaître en "gentil fantôme" lorsqu'il demande sous quelle forme il doit les vaincre.




Janine Melnitz (Annie Potts)
La secrétaire de la société Ghostbusters. Elle est un peu pète-sec et n'hésite pas à rembarrer ses patrons mais fait son boulot consciencieusement. Elle fait passer un bref entretien d'embauche à Winston et se préoccupe du pauvre Louis lorsqu'il se retrouve possédé. On comprend à son comportement qu'elle a un faible pour Egon dont la rigueur et le calme l'impressionnent.





Dana Barrett (Sigourney Weaver)
La fille en détresse. Habitant l'immeuble où se situe le portail de Gozer elle est sa principale victime. C'est une musicienne classique, cultivée et indépendante. Elle refuse d'abord les avances de Peter avant de succomber à son humour décalé et d'accepter un rendez-vous. Possédée par un des Chiens Démoniaques elle devient la "Gardienne de la Porte" et se transforme en vamp séduisante pour accueillir le Maître des Clés.




Louis Tully (Rick Moranis)
Le loser comique. Voisin de Dana, c'est un petit comptable très premier degré et donc un peu lourdingue. Très attentionné pour sa belle voisine qu'il harcèle maladroitement, Louis reste toutefois gentil et courtois. Possédé par un Chien Démoniaque il devient le "Maitre des Clés". C'est sous cette forme qu'il explique à Egon toute la mythologie Ghostbusters et le danger réel que représente Gozer, avant de rejoindre la "Gardienne" et réaliser son rêve de coucher avec elle !




Kevin (Chris Hemsworth)
Le secrétaire de la société Ghostbusters, qui est aussi l'intérêt romantique de l'héroïne, le loser comique ET brièvement le méchant de l'histoire ! Il se bouche les yeux lorsqu'il y a trop de bruit et ne porte pas de verres à ses lunettes pour ne pas avoir à les nettoyer. Il ne sait pas répondre au téléphone et bois du café qu'il recrache à chaque fois car il déteste ça. Bref, il est totalement teubé. Alors pourquoi est-il embauché ? parce qu'Erin en tombe immédiatement amoureuse car il est beau et musclé. Voilà voilà...


Walter Peck (William Atherton)
Le méchant. L'inspecteur du service Environnement de la ville. Zélé et cartésien convaincu il est persuadé que les Ghostbusters sont des escrocs dangereux. Dans sa bonne foi il se confronte à Peter avant d'imposer la coupure électrique du stockage des spectres. Il est donc le responsable de la catastrophe qui s'ensuit : la libération des fantômes et la fuite de Louis possédé qui peut alors rejoindre la "Gardienne de la porte". Peter obtient vengeance en le ridiculisant lors d'une ultime bagarre dans le bureau du maire.


Rowan North (Neil Casey)
Le méchant. Homme de ménage qui souhaite détruire l'humanité car il est un "génie incompris que personne ne respecte". Caricature terne aux motivations simplistes, Rowan est un vrai psychopathe sans fun (ce qui est problématique dans une comédie). C'est un Nerd qui, grâce à ses recherches et en particulier au livre publié par Abby, a trouvé un moyen de libérer les âmes tourmentées afin qu'elles détruisent le monde. Il met au point des amplificateurs d'énergie surnaturelle qu'il dispose à des points précis puis se suicide lorsqu'il est découvert par les Ghostbusters. Ceci lui permet de retourner en fantôme activer sa machine infernale brisant la barrière séparant les spectres du monde réel.



Le Maire de New-York
L'autorité qui, après avoir consulté les spécialistes techniques et les religieux, accepte de s'en remettre aux Ghostbusters et donne l'ordre de les libérer pour sauver sa ville.
Le Maire de New-York et son assistante
L'autorité qui, manipulée par son assistante qui doit tout lui expliquer parce qu'il est con comme une chaise, nie les faits et refuse d'écouter les mises en garde d'Erin et Abby et demeure impuissant face au cataclysme qui ravage sa ville.





L'histoire

Le Ghostbusters de 1984 et son remerde de 2016 suivent la même trame.
Des scientifiques qui étudient le paranormal sont virés de leur université alors qu'ils/elles viennent de découvrir un phénomène surnaturel. Ils/Elles décident de monter leur propre société puis les apparitions de spectres sont de plus en plus fréquentes. L'équipe recrute une quatrième personne puis est accusée à tort par les autorités de mensonge. Une catastrophe de grande ampleur oblige les ghostbusters à intervenir pour sauver la ville.


L'intro de chaque film montre une apparition surnaturelle afin d'établir une menace : dans l'original une bibliothécaire est attaquée dans les archives, dans sa copie il s'agit d'un guide faisant visiter un manoir.
Premier point intéressant d'analyse : là où Ghostbusters '84 boucle son introduction en 2'30 chrono et va droit au but, la version 2016 met plus de 5 minutes en plaçant une fausse piste (un chandelier truqué pour faire croire aux visiteurs que le manoir est hanté) et un élément scénaristique qui ne sera expliqué que bien plus tard (une mystérieuse boîte cachée sous un meuble).


 
Le premier acte introduit chaque personnage et montre les événements qui vont mener à la création des Ghostbusters : trois scientifiques étudiant le Paranormal découvrent la preuve de l'existence d'un phénomène surnaturel mais ne sont pas crus. Ils/Elles sont virés par l'université qui les héberge et décident de monter une entreprise indépendante de chasse aux fantômes nommée "Ghostbusters".

Version 1984 : les 3 héros sont amis et les circonstances les forcent à se mettre à leur compte. Confrontés à leur toute première rencontre surnaturelle, ils prennent la fuite car ils ne sont pas prêts. A leur retour dans leur labo ils apprennent que le directeur de l'université a obtenu leur renvoi et confisque leur matériel. Après avoir consulté Egon sur la faisabilité technique, Peter pense qu'il faut saisir cette opportunité et convainc Raymond de mettre sa maison en hypothèque pour se mettre à leur compte. Ils créent la société "Ghostbusters", la première entreprise spécialisée dans la capture de fantômes. Ils recrutent une secrétaire compétente, Janine.

Version 2016 : Erin est en conflit avec Abby et les circonstances les forcent à travailler ensemble. Confrontées à leur toute première rencontre surnaturelle, elle voient le spectre s'enfuir après avoir "slimé" Erin. Abby poste la vidéo sur internet qui passe pour un "fake", ce qui cause le renvoi d'Erin. En venant se plaindre à son ex-amie, Erin provoque le renvoi d'Abby et Jilian de leur institut. Elles volent le matériel et Abby trouve un local pas cher pour se mettre à leur compte. Elles créent la société "Department of Metaphysical Examination", 
la première entreprise spécialisée dans la capture de fantômes. Elles recrutent un secrétaire complètement crétin, Kevin.




Lors du second acte les Ghostbusters gagnent en popularité et mettent à jour un danger de grande ampleur sans être soutenu par les autorités : l'équipe parvient à capturer un ectoplasme puis recrute un 4e membre qui n'est pas un(e) scientifique (inversé dans la version 2016). Les Ghostbusters découvrent qu'une catastrophe est imminente mais sont stoppé(e)s par les autorités.

1984 : Les ghostbusters deviennent très populaires après leur première mission où ils capturent un fantôme "Slimer" dans un hôtel prestigieux, après que le spectre ait "slimé" Peter. Ils font la une des magazines, sont invités dans les talk-shows et les radios, on les voit intervenir et capturer divers spectres partout en ville. Ils s'occupent en particulier du cas de Dana qui a vu un phénomène surnaturel dans son frigo. Peter en profite pour draguer cette charmante cliente, qui refuse ses avances. Débordés, les Ghostbusters recrutent un 4e membre, Winston. Dana et Louis son voisin se retrouvent possédé par des divinités maléfiques. Pendant ce temps l
'inspecteur Peck du service Environnement harcèle les Ghostbusters. Louis est arrêté par la police qui l'amène au QG des Ghostbusters, c'est là qu'il raconte à Egon la catastrophe qui se prépare. Peck obtient finalement de faire couper le courant à leur QG, ce qui libère tous les spectres capturés, ainsi que Louis. C'est le chaos en ville. Accusée à tort l'équipe se retrouve en prison et ne peut empêcher la catastrophe : la rencontre des deux possédés Dana et Louis qui s'apprêtent à invoquer Gozer.

2016 : Patty rejoint les Ghostbusters car elle a vu une apparition en suivant un type louche dans un tunnel du métro, là où elle travaille.  Lors de leur première mission elles ne parviennent pas à capturer le fantôme du tunnel. Jilian améliore le matériel pour y parvenir. Leur seconde mission se déroule lors d'un concert de Rock. Elles parviennent à capturer un fantôme "Dragon" devant la foule et connaissent un moment de gloire. Mais le maire et les services secrets les font passer pour des fraudeuses, afin de ne pas provoquer une panique générale. Elles deviennent
 impopulaires et sont critiquées sur Internet. Grâce à Patty elles découvrent le plan machiavélique du méchant qui place des "amplificateurs" en ville pour déclencher une invocation massive "d'âmes torturées". Il se suicide lorsqu'elles viennent le stopper. Accusée à tort l'équipe est pourtant laissée en liberté, Jilian en profite pour améliorer encore l'équipement. Devenu un spectre le méchant "possède" Abby puis Kevin pour terminer son plan : activer sa machine ouvrant le portail aux âmes maudites. Les Ghostbusters préviennent les autorités mais personne ne les croit. L'ouverture du portail libère les âmes qui envahissent la ville. 




Le dernier acte voit les autorités dépassées par les événements, les Ghostbusters parviennent à sauver la ville.

1984 : Sans solution le maire n'a d'autre choix que d'appeler l'équipe à la rescousse une fois le cataclysme déclenché (qui ne serait pas arrivé si les Ghostbusters avaient pu garder Louis le Maître des Clés sous contrôle et l'empêcher de rencontrer la Gardienne de la Porte, alias Dana). Les Ghostbusters rencontrent Gozer dans sa forme intermédiaire, qui les somme de lui trouver une forme définitive pour qu'il débute sa destruction, selon la mythologie décrite précédemment par Louis le Maître des Clés. Raymond pense sans le vouloir au Bibendum Chamallow de son enfance. Un Bibendum géant entame la destruction de la ville. L'équipe tente de détruire Gozer, sans succès. 
Egon propose de "croiser les flux" pour détruire le portail, ce qui anéanti la menace.

2016 : L'armée est impuissante, ses troupes sont figées par Kevin "possédé". Les Ghostbusters interviennent en éliminant quelques spectres puis confrontent le méchant qui leur demande sous quelle forme elles veulent le combattre. Patty propose un "gentil fantôme", il apparaît puis se transforme en Bibendum géant. Les Ghostbusters parviennent à provoquer la fermeture du portail en sacrifiant leur Ghost-mobile car la solution de Jilian 
de "croiser les flux" ne fonctionne pas. Erin doit aller chercher Abby dans le vortex, entraînée malgré elle par le Bibendum. Erin sauve Abby juste avant la disparition du portail.


Le scénario de 1984 est atypique dans le sens où il parvient à laisser une grande place à la comédie tout en restant logique. Il vous fait admettre qu'une divinité apparaît dans le frigo d'un appartement New-Yorkais, que des démons doivent posséder des humains pour les faire coucher ensemble afin d'ouvrir un portail vers une autre dimension et qu'un Dieu s'incarne en Bibendum géant pour détruire la planète.
Les héros sont du coté des spectateurs : on voit qu'ils sont amis et complices et qu'ils prennent des décisions censées face à leurs problèmes. Ils deviennent populaires car ils sont très efficaces. La menace est diffuse et se dévoile graduellement au long de l'histoire. Elle est expliquée par une mythologie volontairement loufoque (Zuul, Gozer, Key Master, Gate Keeper, etc) qui convient parfaitement à l'ambiance du film et place les chasseurs de fantômes au centre de l'intrigue. Ils sont clairement les héros, aimés par tout le monde à la fin. Peter et Dana échangent leur premier baiser, Raymond a vécu l'expérience occulte ultime et Egon a triomphé grâce à sa science.
Les seconds rôles sont riches et développés : Dana et Louis partagent un arc narratif essentiel dans l'intrigue, Walter Peck et le maire sont incarnés avec conviction et leurs réactions sont crédibles.

Le remerde 2016 réussi l'exploit de reprendre tous ses ingrédients pour produire l'exact opposé ! La menace est incarnée par un psychopathe qui considère l'humanité comme un déchet qu'il faut torturer avant de la détruire, parce qu'on ignore son génie et qu'on ne le respecte pas. Mais cela n'est pas démontré dans le film, juste asséné platement par trois lignes de dialogues. Et cette motivation est trop plombante dans le cadre d'une comédie : le type est un nerd voulant juste "libérer des âmes tourmentées" pour tuer tout le monde. Dernier point le concernant et non des moindres : les agissements des Ghostbusters n'entravent pas son plan puisqu'il avait de toute façon prévu de se suicider pour devenir un spectre avant de provoquer son cataclysme.
Les héroïnes sont constamment en conflit entre elles ou contre les autres : Erin est malheureuse à son travail et c'est de sa faute, Abby gueule contre tout le monde (livreur de soupe, dirlo de son institut, agents du gouvernement, même les spectres !), l'équipe se moque à juste titre de Kevin le secrétaire débile, les médias et réseaux sociaux se retournent contre elles. Bref, elles sont antipathiques.
La finalité de leur aventure n'est pas qu'elles ont sauvé l'humanité (officiellement les autorités continuent de nier les faits) mais qu'Erin et Abby sont redevenues les amies qu'elles étaient lorsqu'elles étaient plus jeunes. Signe de leur maturité acquise : dans le vortex leurs cheveux sont devenus blancs. waow.
Les rôles secondaires sont unidimensionnels mais partagent tous un point commun : ils sont ridiculisés. Le guide du manoir est peureux, le proviseur de l'université hautain, le directeur de l'institut vulgaire, le petit ami d'Erin goujat, le livreur de soupe con, le maire une marionnette et les deux agents du gouvernement incompétents.

Coté comédie c'est encore pire. La mise en pratique la plus simple d'un gag se fait en deux parties : la mise en place (Setup) et la chute (Pay-off). L'humour de Ghostbusters 1984 fonctionne sur ce principe et est lié à l'histoire et exploite les caractères complémentaires des personnages : les commentaires acides de Venkman, la spontanéité de Raymond et la retenue d'Egon face aux événements incongrus provoquent une dynamique du rire.
La séquence qui présente Peter est un bon exemple : une situation pseudo-scientifique avec un test psychologique lors duquel Peter triche pour draguer l'étudiante au dépend du garçon.
Plus tard il tente sa chance avec Dana lors de l'inspection de son appartement mais tombe sur une forte personnalité qui le fout à la porte. Voila comment on établit des personnalités, bordel !
Autre exemple prouvant l'efficacité de l'original par rapport à sa pâle copie, Peter récupère des échantillons de "slime" dans la bibliothèque. Le public comprend que cette "bave" dégoulinante est inoffensive mais très collante (c'est le Setup). Ce qui fait qu'on imagine bien la sensation de Peter lorsqu'il se fait "engluer" par Slimer dans l'hôtel et qu'on en rigole (Pay-off réussi !).

Ghostbusters 2016 reprend la formule mais y ajoute le concept superflu qu'on retrouve dans toutes les mauvaises comédies : les gags sont expliqués par les protagonistes. Et quand vous pensez qu'il faut expliquer votre gag, quelque chose ne tourne pas rond !
Par exemple lorsque Kevin se bouche les yeux à cause du bruit une Ghostbuster commente "il s'est couvert les yeux", ou lorsque Erin tente d'ouvrir les vitres pour entrer au resto l'assistante du maire commente "elle pense que ce sont des portes coulissantes". Merci on avait compris.
Concernant le gag du "slime", Erin est immédiatement engluée lors du tout premier contact avec un spectre dans le manoir. Le public ne connaissant pas la nature de cette "bave" surnaturelle, il n'est pas certain qu'Erin ne va pas en mourir. C'est plus un drame qu'un gag. La chute est juste une allusion d'Erin indiquant que la bave l'a pénétrée "dans les moindres recoins". Classe.

De manière générale les dialogues remplacent trop souvent la comédie pure dans Ghostbusters 2016. La faute à des actrices obligées de combler l'absence de situation comique par des impros peu inspirées. Plusieurs passages "drôles" sont uniquement des plans fixes sur Abby et ses copines en train de critiquer quelqu'un gratuitement, sans rapport avec l'histoire :
Abby critique le dirlo
Abby critique le copain d'Erin
Abby critique les deux agents du gouvernement
Abby critique son livreur de soupe

Autre point faible, les caméos des acteurs de 1984 sont tristes : Bill Murray est le plus mal servi avec un rôle faible où il intervient comme investigateur incrédule et termine deux minutes après, jeté à travers la fenêtre par un spectre. C'est d'ailleurs la règle générale des acteurs et actrices du Ghostbusters d'origine : ils jouent tous des personnages négatifs.
Harold Ramis, décédé en 2014, apparaît en buste de statue à l'université
Bill Murray est Martin Heiss, un spécialiste tentant de démystifier les travaux des Ghostbusters
Dan Aykroyd est un chauffeur refusant de prendre Erin dans son taxi lors de l'invasion des spectres
Ernie Husdon est l'oncle de Patty, propriétaire du corbillard Ghost-mobile qu'il veut récupérer à tout prix
Annie Potts est la réceptionniste de l'hôtel où travaille Rowan, le méchant, qu'elle dénonce aux chasseuses
Sigourney Weaver est Rebecca Gorin, mentor de Jilian, qui rejoint son élève lorsqu'elle critique la gente masculine
De manière générale la version 2016 n'est pas tendre avec l'original : le logo du film, l'emblème générationnel symbolique du culte pour les fans, représente le monstre final qui sera attaqué et détruit par les quatre femmes en lui tirant dans les couilles (eh oui, carrément !).
La ghost-mobile, autre symbole éminent, avec au volant le fantôme glouton, dernier des signes reconnaissables de la saga, fini sa vie en se faisant exploser par les Ghostbusters pour détruire le portail.
Destruction de tous les symboles forts, caméos ratés, on sent que les auteurs rendent un hommage émouvant à leur modèle !

Ils auraient pourtant bien fait de s'en inspirer, comme lorsque le réalisateur Harold Ramis plaçaient quelques plans subtils en 1984. Histoire de finir notre diatribe par des éléments positifs, voici exemples exemples de savoir-faire en la matière.

 
"Venkman burn in Hell" et "Merci de faire la chambre" : Message écrit sur la porte du Labo "d'études du paranormal". Au delà de l'aspect comique de la référence au film "Carrie" de Brian de Palma (1976), cela établi aussi que Peter a mauvaise réputation au sein de l'université mais qu'il s'en fout car il a laissé une pancarte piquée dans un hôtel.



Thématique des statues : plusieurs séquences présentent les statues de façon inquiétante, établissant dans l'inconscient du spectateur la menace qu'elles représentent. Observez le plan sur la gargouille qui semble "manger" le taxi dans lequel se trouve Dana, préfigurant ce qui va réellement se passer.


Le bibendum : il apparaît deux fois avant de se manifester. En logo près des œufs dans la cuisine de Dana et en fresque de peinture géante sur un mur devant le QG des Ghostbusters. Voilà donc comment Raymond a été influencé sans s'en douter.